Conséquences des régimes chez nos ados

Publié le 15 Novembre 2007

Autour--1924--Kandinsky.jpgLes régimes occasionnent des carences nutritionnelles, en fer en calcium, notamment, qui peuvent exposer nos ados à des risques à court et à long terme. Etant en pleine croissance, il va de soi qu'une diminution des apports est négative sur cette dernière et sur la santé en général.
 
Ainsi une alimentation inadaptée peut conduire à une irrégularité menstruelle, y compris une aménorrhée secondaire. A long terme les filles au régime peuvent présenter une ostéopénie (fragilisation des os), puis une ostéoporose (diminution de la masse osseuse et modification de l'architecture des os) les exposant à des risques de fractures.
 
Les vomissements répétés entraînent, entre autres, une déshydratation, une baisse du potassium sanguin (trouble du rythme cardiaque), une altération de l'émail des dents,...
 
L'usage de laxatifs, est à l'origine d'une déshydratation, d'une perte en potassium ainsi qu'en sodium, d'une irritation de la muqueuse intestinale. A l'arrêt, l'intestin devient "paresseux" et une constipation peut s'installer.
Les diurétiques, quant à eux, sont responsables d'une déshydratation, d'une baisse de la tension artérielle, de l'apparition d'un diabète, d'une hypotension orthostatique (risque de chute), de soif...
 
Les effets psychologiques sont tout aussi importants : préoccupation alimentaire, inattention, irritabilité, lassitude, tendance à trop manger et même compulsions alimentaires. De nombreuses habitudes de vie se prennent à l’adolescence et une alimentation inadaptée à cette période peut demeurer à l'âge adulte.
 
Les adolescents ayant peu d’estime de soi sont plus fragiles et donc plus susceptibles de se mettre au régime : ils pensent qu'ils se sentiront mieux s'ils perdent du poids. Mais l'engrenage des régimes peut avoir l'effet inverse. L'échec risque de les fragiliser encore plus.
 
Qu'en est-il des troubles du comportement alimentaire ? Chez les jeunes anorexiques et/ou boulimiques, on retrouve souvent des stratégies de pertes de poids dans les années précédentes.
Par ailleurs, on retrouve aussi plus tard, des adultes en surpoids. Les régimes ne leur ont pas permis de maintenir un poids correct, bien au contraire.
 
 

Rédigé par Florence Noël, diététicienne, Bourg en Bresse, 01

Publié dans #Le comportement alimentaire

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article